Connect with us

a la une

RDC : L’ANAPI restitue les résultats du Rapport Doing Business 2018

Published

on

L’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements (ANAPI) a procédé, lundi 27 Novembre 2017, à la restitution des résultats du rapport Doing Business 2018. Les deux places gagnées par la RDC dans le classement des économies mondiales reflètent, d’après le Directeur des Opérations de la Banque Mondiale, « la ferme volonté du pays d’aller de l’avant pour mieux se positionner davantage ». Cet atelier de restitution a eu lieu au Pullman Hotel Kinshasa.  

En effet, après 5 ans de stagnation à la 184ème position sur 190 des pays réformateurs  au monde, la RDC a vu ses efforts consentis porter des fruits dans ce classement où elle se retrouve à la 182ème place.  Lesquelles réformes ont été engagées en vue de l’amélioration du climat des affaires telle que reflétée par l’évaluation Doing Business de la Banque Mondiale.

« Certes, cette amélioration de deux places dans le classement général peut sembler insignifiant aux yeux de plusieurs, mais pour ceux qui connaissent le système d’évaluation complexe de l’équipe du Doing Business de la Banque Mondiale et la méthodologie appliquée par celle-ci dans la cotation vous diront combien il est difficile de gagner ne fût-ce qu’une place dans le classement général du Rapport concerné », a rassuré le Ministre d’Etat, Ministre du Plan, Modeste Bahati Lukwebo.

A RE(LIRE) : Pour l’ANAPI, Doing Business 2018 couronne les efforts du pays !

Une chose est de se réjouir de ce résulta congolais, une autre est de se remettre au travail pour relever le défi des réformes pour lesquelles les principaux indicateurs font état des contre-performances. Exception faite de la création d’entreprise où la RDC a quitté la 96ème place pour la 62ème place et du Règlement de l’insolvabilité qui l’a fait avancer d’une place en la positionnant à la 168ème place.

D’après l’analyse du Gouvernement, ces contre-performances se justifient de deux manières. Primo : la non mise en œuvre des réformes initiées sur les indicateurs concernés. Secundo : la prise des réformes négatives parallèlement aux réformes déjà initiées et qui amenuisent les efforts consentis dans l’assainissement du climat des affaires.

Pour faire face à ce constat déplorable, la solution passe, selon Bahati Lukwebo, notamment par l’appropriation collective des mesures initiées dans la mise en œuvre des réformes et l’institution des champions de réformes à tous les niveaux.

Dans son exposé, le Directeur Général de l’ANAPI, Anthony Nkinzo a souligné le fait que plusieurs pays d’Afrique ont enregistré de réformes positives dans le classement Doing Business 2018. Il s’agit notamment du Kenya (6 réformes), la Mauritanie, le Nigeria, le Rwanda et le Sénégal (5 réformes chacun), le Malawi, l’Ile Maurice, le Niger (4 Réformes chacun), et l’Angola, le Bénin le Cap Vert et la Zambie (3 réformes chacun).

Si ce bref aperçu atteste de l’importance que ces pays attachent aux réformes sur le climat des affaires, elle engage pour autant la RDC dans une compétition qui lui oblige de redoubler d’efforts dans la mise en œuvre de réformes courageuses susceptibles d’attirer le plus d’investissements.

« Certes, les contraintes existent. Et elles sont encore nombreuses dans la mise en œuvre des réformes. Cependant, avec la détermination,  l’engament et l’implication de toutes les parties prenantes,  il nous est possible de faire du Congo un pays plus beau qu’avant. Une véritable destination pour les investisseurs », a martelé Anthony Nkinzo au nom de toute son équipe.

Plusieurs personnalités dont les membres du Gouvernement, les représentants des corps diplomatiques, les mandataires publics, les opérateurs économiques ainsi que les membres du Comité de Gestion et du Conseil d’Administration de l’ANAPI ont rehaussé de leur présence cette cérémonie.

Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :