Connect with us

a la une

RDC : « Lamuka » chiffre son programme quinquennal à 126 milliards USD

Published

on

Le programme de gouvernance de la Coalition « LAMUKA » est chiffré à 126 milliards de dollars américains. Ces fonds sont à mobiliser sur cinq ans afin de financer la construction d’un « Congo digne et prospère ». Le candidat président de la République numéro 4, Martin Fayulu a présenté les grandes lignes de ce programme à la presse ce vendredi 30 novembre 2018.

D’après Martin Fayulu, le programme qu’il porte est compte cinq axes prioritaires. Il s’agit respectivement de l’Etat de droit, paix et sécurité ; la diversification de l’économie, amélioration du climat des affaires ; l’aménagement du territoire ; l’investissement et valorisation du capital humain ; et enfin, l’environnement et changement climatique.

Pour financer ce programme ambitieux, la Coalition LAMUKA compte sur la mobilisation accrue de ressources internes, des emprunts et des partenariats publics privés. Sa mise en œuvre effective contribuera à créer 20 millions d’emplois pour les congolais.

Ce programme électoral porté par Martin Fayulu Madidi reprend les propositions de quatre autres leaders de l’opposition faisant partie de la Coalition LAMUKA, à savoir : Jean-Pierre Bemba (MLC), Moïse Katumbi (Ensemble), Adolphe Muzito (Nouvel élan), Matungulu Muyamu Ilankir (Congo Chéri).

Le candidat numéro 4 a entamé son speach par dénoncer le bilan négatif et chaotique du régime de Joseph Kabila, lequel régime tous ces partenaires combattent pour une alternance crédible devant rassurer la dignité et la prospérité du congolais et de son pays.

En ce qui concerne les élections du 23 décembre 2018, Martin Fayulu a réitéré son engagement en phase avec celui de ses partenaires à aller aux urnes sans « machine à voter. »

A RE(LIRE) : Bemba et Katumbi appellent à voter pour Fayulu avec les bulletins papier

Affectueusement appelé par les siens « le soldat du peuple », Martin Fayulu entame sa tournée de campagne électorale à travers le pays par Beni ce dimanche 2 décembre 2018. Il se rendra par suite à Butembo puis Bunia d’autant plus que son action prioritaire, une fois élu président de la République, consistera à rétablir la sécurité et la paix dans l’Est du pays.

Cependant, d’après son directeur de campagne, Pierre Lumbi Okongo, le gouvernement congolais « retarde délibérément » les autorisations de survol et d’atterrissage des avions que l’opposant souhaite faire venir de l’Afrique du Sud pour battre campagne.

Si c’est depuis lundi dernier que l’équipe de campagne de Martin Fayulu affirme avoir déposé sa demande auprès de l’Autorité de l’aviation civile sans suite favorable jusqu’alors et dénonce une manœuvre dilatoire frisant l’ingérence, le ministre des Transports, José Makila évoque une raison de procédure.

« Cette demande ne m’a pas été adressée, mais je vous parle sur la procédure : si vous voulez importer un avion qui vient ici pour un petit moment ou travaille sur le sol congolais, il doit subir cette procédure », a – t – il expliqué faisant ainsi à la nécessité des techniciens de l’Autorité de l’aviation civile à pouvoir se rendre en Afrique du Sud pour inspecter les avions avant toute autorisation.

Pour Pierre Lumbi, cette démarche du ministre des transports cachent mal une instruction politique donnée à l’Autorité de l’aviation civile pour faire traîner les démarches en longueur.

Nadine FULA | Zoom Eco

Sur le même sujet :

RDC : Martin Fayulu chiffre son programme quinquennal à 190 milliards USD

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :