Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Tshisekedi–Kamerhe, les deux points du deal électoral pour l’alternance du pouvoir

Published

on

Le soutien de Vital Kamerhe (UNC) à Félix Tshisekedi (UDPS), ce dernier désigné comme « candidat commun de l’opposition » à la présidentielle du 28 novembre 2018. La constitution d’une alliance stratégique entre les deux partis politiques pour gagner les élections à tous les échelons. Voilà en substance, les deux points du deal électoral que viennent de conclure ces deux candidats président de la République.

Pour garantir cette alternance du pouvoir crédible, Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe ont décidé de créer une plateforme électorale dénommée « Cap pour le changement ». C’est dans ce cadre que seront mutualisées toutes les ressources humaines, politiques, diplomatiques, matérielles, financiers et intellectuelles.

Dans cette même optique, il sera question d’élaborer dans un plus bref délai un programme commun de gouvernance pour l’émergence de la RDC. Vital Kamerhe a été ainsi désigné directeur national de campagne pour le compte de leur plateforme commune avec Félix Tshisekedi.

« En cas de victoire de Félix Tshisekedi à l’élection présidentielle, Vital Kamerhe président de l’Union pour la Nation Congolaise deviendra automatiquement son premier ministre », a révélé 7sur7.cd.

Bien plus, les deux leaders de l’opposition ont décidé de doter la plateforme « Cap pour le changement » d’un mécanisme interne qui garantit, au terme d’un quinquennat, l’alternance de la candidature unique à la présidence de la République et, en cas de victoire, à la Primature.

Toutefois, ont-ils convenu, le parti qui assure la présidence de la République ne pourra pas diriger les institutions et ministères ci-après : la présidence du Sénat, la Banque centrale du Congo, le ministère des Finances, le ministère des infrastructures ; le ministère de la Défense nationale ainsi que celui de la Justice et de garde des sceaux.

Ce deal électoral a été signé ce vendredi 23 novembre 2018 à l’Hotel Serena de Nairobi au Kenya. Il engage  l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et l’Union pour la nation congolaise (UNC).

Est-ce avec le consentement de la « base » que Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe ont conclu cet accord dont ils s’engagent à respecter scrupuleusement ?

En rappel, ces deux leaders de l’opposition ont retiré leurs signatures, le 12 novembre dernier sous la pression de leurs bases militantes respectives. Ces dernières se sont opposées catégoriquement à l’accord de soutien signé par les sept opposants le 11 novembre 2018 à Genève, lequel désignait Martin Fayulu comme candidat commun de l’opposition et créait la plateforme électorale «Lamuka.»

Au demeurant, le décor est planté pour une campagne électorale à la riche en événement avec trois grandes plateformes électorales en lice. Il s’agit entre autres du Front commun pour le Congo (FCC) portant Emmanuel Ramazani Shadary (pouvoir), Lamuka avec son candidat Martin Fayulu (opposition-Genève) et Cap pour le changement portant Félix Tshisekedi (opposition).

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

Advertisement

Edito