Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : CNSSAP, les cotisations recouvrées ont augmenté de plus de 1 180% en 2018

Published

on

RDC : CNSSAP, les cotisations recouvrées ont augmenté de plus de 1 180% en 2018

Les cotisations recouvrées par la Caisse nationale de sécurité sociale dea agents de l’Etat (CNSSAP) ont connu une augmentation de plus de 1 180% en 2018 par rapport à l’annee précédente.

D’après le Rapport annuel rendu public, elles ont totalisé 18,9 milliards de CDF pour 164 626 cotisants contre 1,6 milliard de CDF l’année d’avant, soit une augmentation de 17,9 milliards de CDF. Ce qui conforte le fait que le paiement des pensions est devenu effectif.

En effet, le Rapport annuel de 2018 indique également que plusieurs facteurs justifient la performance de cette jeune structure étatique.

Deuxième de la série, ce Rapport annuel répond au souci de présenter et d’offrir un document stratégique qui chiffre et relate les réalisations d’un exercice donné, et ce, en conformité à ses valeurs de transparence et de respect vis-à-vis de sa clientèle et de l’Etat.

Parmi les indicateurs de cet exploit, le rapport cite le dialogue et beaucoup de pédagogie initié avec les bénéficiaires ; un profond mouvement collectif d’efficacité ; plusieurs campagnes et brigades mobiles organisées pour rapprocher les abonnés à leurs services ; le souci d’atteindre et accompagner les bénéficiaires en difficulté ; le processus de liquidation de plus en plus simplifié et paiement de leur retraite.

Des chiffres clés
Les chiffres clés de ce rapport démontrent une nette croissance entre 2017 et 2018 dans les rubriques immatriculations, cotisations et recouvrement ainsi que les prestations.

Primo, immatriculation : les retraités immatriculés étaient au nombre de 790 et 0 actif tandis que en 2018 ils sont passés à 899 et 1577 actifs.

Secundo, cotisations et recouvrements. Le taux de cotisations est resté le même en 2017 comme en 2018, soit 9% ; de même pour la part salariale (3%) et la part patronale (6%).

Une différence, cependant, réside dans les effectifs cotisants en fin période chiffrés à 164 626 en 2018 contre 166 016 en 2017. Et aussi, les cotisations perçues en millions de CDF se sont levées à 18 901,9 en 2018 contre 1 587,1 en 2017.

Tertio, les prestations. Le nombre de dossiers perçus en 892 en 2018 contre 334 en 2017 ; la pension de retraite 878 en 2018 contre 334 ; 16 pensions de réversion en 2018 contre aucune pension en 2017 ; le montant payé en CDF millions s’élève à 1 444,7 en 2018 contre aucune en 2017; pension de retraite 1 442,0 en 2018 contre aucune en 2017 ; pension de réversion de 2,7 en 2018 contre aucune en 2017.

C’est depuis novembre 2017 que la CNSSAP enregistre les dossiers relatifs à la demande des prestations.

Le premier paiement est intervenu en janvier 2018, en raison du fait que la pension de retraite est un revenu de remplacement et non un revenu complémentaire au salaire de base dont jouissait, durant toute l’année 2017, la première promotion des agents publics mis à la retraite en juillet 2017.

Tous les dossiers reçus et instruits à l’Agence CNSSAP de Kinshasa sont transmis au siège pour liquidation et paiement via des établissements bancaires.

Pour déterminer la valeur nette d’une pension de retraite, la CNSSAP utilise la formule fixée par l’Arrêté ministériel n° 007/ME/MIN.FP/2017 du 15 juillet 2017.

La Caisse nationale de sécurité sociale des agents publics de l’Etat (CNSSAP) est un établissement public créé en 2015, par le décret n°15/031 du 14 décembre 2015.

Elle a pour objet l’organisation et la gestion des prestations de sécurité sociale des agents publics.

A ce titre, ses activités couvrent la branche des pensions pour les prestations de vieillesse, de survivants et d’invalidité ainsi que celle des risques professionnels pour les prestations en cas d’accident du travail et de maladie professionnelle.

Conformément à l’article 3 du décret susmentionné, la CNSSAP a pour mission de recouvrer les cotisations sociales des agents de l’Etat employeur ; servir les prestations de sécurité sociale ; servir les prestations pour le compte de tiers ; placer au mieux les excédents financiers et à terme, contribuer au développement socio-économique du pays.

Nadine FULA

Advertisement

Edito