Connect with us

a la une

RDC : les deux vœux de l’ambassadeur Alain Remy pour l’Etat congolais

Published

on

RDC : les deux vœux de l’ambassadeur Alain Remy pour l’Etat congolais 1

Que les autorités congolaises renouent le dialogue avec une partie de la Communauté internationale avec laquelle les relations se sont dégradées depuis le début de l’année et que la Maison Schengen soit de nouveau autorisée à fonctionner en RDC. Tels sont les deux vœux formulés par l’ambassadeur de France, Alain Remy lors de la célébration de la fête nationale de son pays le 14 juillet 2018 à Kinshasa.

« J’ai fait un constat vers la fin de ma mission, celui de la dégradation régulière des relations de la RDC avec une partie de la communauté internationale, avec nombre de ses partenaires traditionnels, de ses amis. Nous en avons suivi mois après mois, semaine après semaines, les différentes étapes. Mais ici ce soir, je formule le vœu que le dialogue soit renoué à tous les niveaux pour les bien de tous. La méfiance n’est jamais bonne conseillère. La main tendue inspire davantage », a exhorté l’ambassadeur de France.

A propos de la fermeture administrative de la Maison Schengen, Alain Remy constate qu’elle prive à des dizaines de milliers de congolais de prendre le chemin de l’Europe alors qu’ils souhaitent le faire et que l’Europe souhaite les accueillir.

« Permettez-moi de formuler le vœu et l’espoir que dans les mois qui viennent, peut-être les semaines d’ici la fin de l’année, sait-on  jamais, que la maison Schengen soit de nouveau autorisée à fonctionner normalement comme elle le fait dans tous les pays africains ».

Partant de l’histoire de l’amitié franco-congolaise, Alain Remy a rappelé que la France a été toujours aux côtés du Congo avec un regard bienveillant, amical et le souci constant de préserver l’intégrité du pays, de contribuer à son développement, de le soutenir au sein de la communauté internationale.

Et en ce moment particulier où la RDC s’apprête à vivre des heures décisives à la fin de l’année, allusion faites aux élections du 23 décembre 2018, le pays d’Emmanuel Macron n’entend pas abandonner son soutien.

« La France n’a pas d’intérêts particuliers dans les richesses naturelles du pays, dans son cuivre, dans son cobalt, dans son or, dans son coltan ou dans ses diamants. La France souhaite simplement qu’en tournant cette page, les Congolais en ouvre une nouvelle, en paix avec eux-mêmes et prêts à marcher vers leur avenir », a affirmé l’ambassadeur Alain Remy.

RDC : les deux vœux de l’ambassadeur Alain Remy pour l’Etat congolais 2

Arrivé fin mandat, Alain Rémy, quitte la RDC après trois années d’une mission dense, ardue et pour lesquelles les priorités se sont axées sur six axes à savoir : le soutien à la justice, à l’Ecole nationale de l’administration (ENA), à l’encadrement professionnel des jeunes à travers l’INPP, au secteur de la santé, aux entreprises et aux échanges économiques, et enfin, le soutien au secteur de l’environnement.

Le patron de la diplomatie congolaise, quelques ministres membres du gouvernement, des parlementaires, le directeur de cabinet adjoint du chef de l’Etat, des opérateurs économiques, des représentants de la société civile, et plusieurs autres anonymes ont rehaussé de leurs présences cette cérémonie marquant la fête nationale française en RDC.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

Edito

Advertisement