Connect with us

a la une

RDC : ouverture à Kinshasa des assises sur l’électricité !

Published

on

C’est parti pour cinq jours des assises sur le secteur de l’électricité en RDC. Ces travaux ont été lancés ce lundi 21 mai 2018 par le premier ministre, Bruno Tshibala. Ils sont organisés par le ministère de l’Energie en partenariat avec la Banque mondiale. La cérémonie a eu lieu au Pullman Hotel Kinshasa.

Ouvrant le bal de discours lors de cette première journée, Jean François Mukuna, vice-ministre des Finances a axé son message sur le sous- thème : Quelle politique de financement pour soutenir le secteur de l’électricité ? De son côté, Mme Wivine Mumba, ministre du Portefeuille a parlé de la vision du gouvernement sur la réforme des entreprises publiques. La présence de ces ministères, a souligné le ministre de l’Energie Ingele Ifoto, témoigne de l’engagement du gouvernement congolais à prendre à bras-le-corps cette problématique de l’électricité en RDC.

Le principal bailleur de fond est la Banque mondiale. D’après le vice – ministre des Finances, celle-ci accompagne la RDC depuis 10 ans avec un portefeuille de 1,7 milliard de dollars dans la mise en place de deux projets. Il s’agit du projet du projet du marché d’électricité en Afrique australe qui a clos il y a deux ans. Et le projet de développement de marchés de l’électricité domestique et à l’exportation en co-financement avec la Banque africaine de développement (BAD) qui va se clôturer le 30 juin 2018.

A lui d’insister, qu’il faudrait maintenant prendre un autre tournant avec la mise sur pied, depuis un temps, du projet d’accès et d’amélioration aux services électriques. Ce projet s’intéresse non seulement à la génération et au transport. Mais aussi à la distribution et au soutien de réseaux décentralisés.

Pour le ministre de l’Energie, ces assises viennent pour répondre aux attentes du peuple congolais. Attentes qui se traduisent par : la mise en valeur de ressources énergétiques pour une émergence énergétique réelle dans notre pays, la sécurité de l’alimentation électrique de ménages, de opérateur économique et autres consommateurs, équité dans la desserte ou l’accès de toute la population a l’électricité fiable, et de qualité sans discrimination et enfin, la préservation de l’environnement face aux défis du changement climatique.

A RE(LIRE) : les assises sur l’électricité tablent sur deux objectifs !

Ingele Ifoto est largement revenu sur la Loi cadre institutionnelle sur la libéralisation du marché de l’électricité aux privés. Depuis la libéralisation de ce secteur,  a – t il indiqué, quatre promoteurs privés ont finalisé leurs projets de centrale pour la production de 40 mégawatts principalement a l’Est du pays.

Trois obstacles majeurs retardent l’entrée des autres promoteurs privés dans le secteur. Il s’agit, d’après lui, de la faiblesse à inciter l’électrification du pays par manque d’études et de dossiers bancables dans les zones d’implantation desdits projets à présenter aux potentiels investisseurs. Il y a aussi le manque d’instruments juridiques et financiers d’atténuation de risques divers encourus et de difficultés d’accès au crédit financiers. Et enfin, l’inaccessibilité de ménages à faible revenu aux frais élèves de raccordement aux réseaux.

Enfin, la nécessité d’accroissement de financements publics extérieur a taux confessionnels en faveur de la SNEL pour lui permettre dans le zones industrielles de renforcer ses infrastructures. Ingele Ifoto a enfin souligné l’implication des autres ministères tels que les finances, portefeuille.

Nadine FULA | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :