Connect with us

a la une

RDC : Riposte anti-Ebola, l’appui des USA évalué à 400 000 USD

Published

on

RDC : Riposte anti-Ebola, l'appui des USA évalué à 400 000 USD

Le Gouvernement congolais vient de déclarer la fin de l’épidémie hémorragique d’Ebola en RDC. Cette épidémie a été confirmée en mai dernier dans la province du Bas-Uele pour la huitième fois au pays. En soutien à l’expérience congolaise dans la gestion d’Ebola, l’intervention des Etats-Unis, assurée par l’entremise du CDC et de l’USAID, s’est concentrée sur l’appui aux six priorités urgentes du Ministère de la santé. Coût total : 400 000 USD.

La confirmation vient d’être faite par l’Ambassade américaine en RDC. Dans un communiqué rendu public ce lundi 3 Juillet 2017 elle affirme qu’en quelques jours, le Gouvernement des Etats-Unis a mobilisé des ressources pour soutenir la riposte.

« Travaillant avec ses partenaires d’exécution, le CDC a fourni un appui logistique, financier et technique à la riposte en déployant des diplômés du Programme de formation d’épidémiologie de terrain à l’épicentre de l’épidémie dans la zone de santé de Likati, afin de fournir une assistance technique portant sur la surveillance, l’étude des cas et le recherche des contacts, le traitement clinique et l’information/communication. L’USAID a mobilisé des réactifs et de l’équipement de laboratoire comprenant un laboratoire mobile capable de procéder à la détection du virus Ebola et des anticorps et de dépister d’autres agents pathogènes, ce qui a accéléré de manière considérable les résultats des tests et permis l’exécution d’un traitement et d’une riposte plus immédiats. La contribution totale du gouvernement des Etats-Unis à la riposte anti-Ebola s’est élevée approximativement élevée à 400 000 USD ».

Cette intervention a visiblement appuyé la démarche du Gouvernement congolais qui consistait notamment à : Prévenir les décès dans les structures sanitaires par la distribution d’équipement de protection au personnel sanitaire et assurer une formation clinique; Prévenir les décès au sein des communautés en encourageant les personnes malades à solliciter des soins rapidement; Prévenir la propagation de la maladie en promouvant le lavage des mains, l’utilisation d’un système approprié d’évacuation des eaux usées et les enterrements sans risque; Soutenir les tests en laboratoire pour rapidement identifier et traiter les cas; Mener des enquêtes sur le terrain pour définir les facteurs de risques et guider les stratégies de prévention; et à Soutenir le suivi de contact pour suivre la propagation de la maladie.

Pour rappel, les premiers cas de décès ont été constatés dans la province du Bas-Uele le 22 Avril 2017. Et les tests de l’INRB ont confirmé l’existence de cette épidémie le 11 Mai de l’année en cours.

Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :