Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Le taux d’inflation double, les prix continuent à grimper sur le marché !

Published

on

RDC : Le taux d’inflation double, les prix continuent à grimper sur le marché !

L’inflation hebdomadaire est passée de 0,49% à 1,031% au niveau national entre le 11 et le 23 Septembre 2017. Alors qu’à Kinshasa, elle a relativement baissée de 0,47%. C’est ce qu’indique la mercuriale de l’Institut National de la Statistique (INS). Toutefois, les prix de biens et services continuent à grimper sur les marchés. De quoi s’interroger sur l’efficacité des missions de contrôle des prix déployées à travers le pays, mi-Août dernier, par le Ministre d’Etat à l’Economie.

L’inflation hebdomadaire du 18 au 23 Septembre 2017 est de 1,031% au niveau national et 0,407% à Kinshasa.

Selon l’INS, cette inflation est consécutive principalement à la hausse des prix des produits de première nécessité dans les provinces de Kasaï, notamment : le maïs sec décortiqué, la farine de maïs, le riz local, le riz importé, l’huile de palme et les haricots. Il y a également la hausse des prix des viandes, poissons, matériaux de construction, boissons alcoolisées importées, des services, …sans oublier celle des frais scolaires.

Dans le milieu des petits commerçants (revendeurs), nombreux sont ceux qui ne comprennent pas les vraies raisons de cette augmentation continue des prix des biens et services sur le marché alors que depuis près d’un mois, la variation du taux de change n’a été faible, c’est-à-dire entre 1 560 CDF et 1 570 CDF pour un Dollar américain.

C’est après l’inflation historique de Juillet dernier que le Ministre d’Etat Joseph Kapika avait annoncé que les Inspecteurs déployés sur le terrain étaient investis de la mission de vérifier les prix pratiqués par les commerçants sur les différents les marchés et ce, en rapport avec les prix d’achat et la loi fixant la marge bénéficiaire en RDC. Et des Opérateurs économiques défaillants étaient même menacés des sanctions sévères à leur encontre.

Des interrogations restent entières : Est-ce que ces missions ont été effectivement déployées ? Si oui, qu’est-ce qu’elles ont produit concrètement comme résultat ?

Pour ceux qui ont qualifié, dès le départ, cette mesure de « cosmétique », il revient au Ministre d’Etat à l’Economie, Joseph Kapika d’expliquer au peuple les raisons de l’échec de la mise en œuvre de sa décision.

Zoom Eco

Advertisement

Edito