Connect with us

a la une

KINSHASA : les marchés constituent un fonds de 1 000 USD par jour pour leur salubrité !

Published

on

KINSHASA : les marchés constituent un fonds de 1 000 USD par jour pour leur salubrité ! 1

Les quatre marchés urbains et neuf municipaux de Kinshasa devront dégager, de leurs taxes, une quotité globale de plus ou moins 1 000 USD par jour pour leur propre assainissement. Cette mesure sera d’application à partir du 01 mai 2018. Elle a été prise a l’issue d’une réunion tenue le jeudi 05 avril dernier, entre le ministre provincial de l’Environnement et le Fonds d’assainissement de Kinshasa (FONAK) d’une part ; et  les administrateurs des marchés précités, d’autre part.

Dans un entretien exclusif, Thérèse Olenga a confirmé à Zoom Eco que l’objectif poursuivi est celui de rendre les marchés de Kinshasa propres et plus viables.

Si une Taxe d’assainissement est perçue chaque jour dans ces marchés, apprend – on, rien n’est rétrocédé à l’Hôtel de ville. Cette rencontre a donc permis aux deux parties (le gouvernement provincial et les administrateurs des marchés) de se convenir sur un forfait à prélever sur cette taxe et qui sera directement affecté à FONAK pour l’évacuation des immondices dans les marchés.

KINSHASA : les marchés constituent un fonds de 1 000 USD par jour pour leur salubrité ! 2

La ministre provinciale de l’Environnement lors de l’entretien avec Zoom Eco.

“Sur la taxe d’étalage des marchés urbains, par exemple, qui s’élèvent à 300 CDF par étalage, 10% servira à l’impression de documents et autres paperasses ; et les 90% restants seront divisés en deux parties. La première  reviendra au marché pour son administration, et la seconde sera affectée à le FONAK pour l’évacuation des déchets“, a indiqué la ministre provincial de l’Environnement.

Ce fonds a été créé par l’hôtel de ville pour mission de mobiliser et canaliser les recettes pour notamment les 4 marchés urbains de Kinshasa sont : marché Central, Gambela, Liberté et Matete.

De même pour les marchés municipaux tels que : Bayaka, Somba Zigida, Nd’jii quartier 6, Kato, Libulu, Tshimanga, Éthiopie, Sport et Koweït, pour ne citer que ceux-là. Ces derniers perçoivent quotidiennement 200 CDF sur chaque étalage. Une quotité de cette somme perçue devra désormais être affectée à l’assainissement.

Autre mesure prise au cours de cet échange, a annoncé Thérèse Olenga, c’est la mise en place des emballages en plastiques de 80 L. Vendus au prix de 1 000 CDF, ces sachets serviront à a faciliter la collecte des immondices. Ceux de couleur jaune, sont destinés aux déchets biodégradables ; les bleus aux non biodégradables et les sachets transparents, à la collecte de plastiques et bouteilles.

Les vendeurs sont conviés à se regrouper par étalage pour se procurer un sachet.

D’après Madame Olenga, ministre en charge de l’Environnement, cette mesure entrera en vigueur de le 01 mai 2018. Une fois appliqué, espère le gouvernement provincial, les marchés de la ville de Kinshasa seront assainis de manière durable.

Pour rappel, plus d’un observateur a déjà constaté que les marchés kinois sont les endroits les plus sales et ils restent les grands producteurs de déchets. Au marché central par exemple, situé au croisement des avenues Rwakadingi et du marais, c’est une montagne d’immondices qui polluent et gênent la circulation. D’où, la nécessité de préserver la santé des vendeurs et de toutes les personnes qui fréquentent quotidiennement les différents marchés tant communaux qu’urbains.

Nadine FULA | Zoom Eco

A RE(LIRE) :

Kinshasa : Taxe d’assainissement, 50 CDF à insérer dans la facture de la REGIDESO

Edito

Advertisement