Connect with us

a la une

Monde : UBA, une performance financière assise sur deux facteurs

Published

on

L’intégration des services bancaires dans le style de vie de la clientèle et la mise en oeuvre des stratégies améliorées de gestion de la banque. Ces deux facteurs ont été de véritables déclencheurs de performance financière enregistrée par United Bank of Africa (UBA) au premier semestre de l’année 2018.

Simplification de transactions

L’engagement d’intégrer les services bancaires dans le style de vie de ses clients a été une fois de plus respecté par l’UBA. Dans un communiqué officiel, cette banque affirme avoir oeuvré pour la simplification des transactions courantes et favorisé l’inclusion financière grâce à des services bancaires accessibles et abordables.

«Nous créons des opportunités de création de richesses et du progrès économique en autonomisant nos clients, à travers des plateformes et des solutions innovantes qui soutiennent leur croissance personnelle et professionnelle», a déclaré le directeur général du Groupe UBA.

Euromoney a décerné récemment à cette banque commerciale le prestigieux prix de «Meilleure banque numérique de l’Afrique» en reconnaissance de ses initiatives pionnières et dominantes avec une mention spéciale pour LEO, le banquier virtuel, de la part de Mark Zuckerberg.

Dans ce cadre, l’UBA s’est engagée à reproduire le succès de LEO sur WhatsApp en créant ainsi plus de confort à sa clientèle jeune et croissante en Afrique.

Efficacité des stratégies de gestion

La mise en oeuvre rigoureuse ds stratégies améliorées de gestion de l’UBA aura été porteuse de résultats attendus. Des actifs-passifs ont permis d’augmenter le rendement des actifs et fructifier les revenus issus des intérêts de 21%. La réorganisation de la structure de vente a permis de stimuler la croissance des dépôts de détail.

«Je suis particulièrement satisfait de la croissance de 24% en cumul annuel, des dépôts sur comptes d’épargne et des comptes courants, ce qui souligne la pénétration croissante de nos offres numériques et l’objectif primordial du Groupe consistant à démocratiser les opérations bancaires en Afrique», a indiqué Kennedy Uzoka.

La marge nette d’intérêt s’est aussi améliorée à 7,4%, conformément à l’objectif de la banque pour 2018. En ce, en dépit de la forte concurrence pour les dépôts des grandes entreprises et l’impact de la hausse des taux d’intérêt à travers le monde sur ses financements en devises.

«Dans un contexte de reprise économique et d’incertitudes au Nigéria, nous avons amélioré les revenus d’intérêts nets et le résultat d’exploitation respectivement de 9,6% et 4,1%. Les revenus des services de commerce ont doublé et nous avons augmenté de 24% les revenus tirés des services bancaires en ligne. Ce qui témoigne de notre gain de parts de marché grâce à des offres innovantes. Nos filiales ont contribué à hauteur de 40% au bénéfice du Groupe», a précisé le directeur financier du Groupe, Ugo Nwaghodoh.

A RE(LIRE) : UBA affiche 16% de croissance de ses revenus au premier semestre 2018

Par ailleurs, l’UBA affirme avoir maintenu la qualité de ses actifs, avec un coût du risque de 0,8%. Alors que le portefeuille de prêts a reculé de 6,5% en raison des paiements anticipés de certains clients au Nigéria et au Ghana, elle indique avoir augmenté le bilan global de 5% au premier semestre.

Le ratio d’adéquation des fonds propres du Groupe de 23%, le ratio de liquidité de la Banque de 48% et le ratio prêts/dépôts de 57% renforcent ainsi sa capacité de croissance, avec une marge de manœuvre suffisante pour la création d’actifs à risque.

A tout prendre, la performance financière enregistrée par le Groupe UBA au premier semestre conforte son optimisme quant à l’avenir de ses activités dans l’innovation numérique du secteur bancaire au profit de sa clientèle diversifiée et friande de l’excellence dans la simplicité.

Emilie MBOYO | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :