Connect with us

a la une

Afrique : UBA affiche 16% de croissance de ses revenus au premier semestre 2018

Published

on

United Bank for Africa (UBA) a enregistré une croissance de 16% de ses revenus, une moyenne de retour sur fonds propres de 17% avec un maintien de dividende intérimaire. Cette institution financière panafricaine vient de rendre publics ses résultats financiers audités du premier semestre 2018. Premier constat : les principaux indicateurs affichent une croissance fondée sur la performance et la contribution significative de ses filiales africaines dont celle de la RDC.

C’est une croissance à deux chiffres de ses revenus bruts réalisée en d’un environnement à faible rendement sur deux marchés clés, en l’occurrence  le Nigeria et le Ghana. D’après un communiqué officiel parvenu à Zoom Eco, il s’agit d’une hausse de 16% en glissement annuel, soit 749 millions USD, par rapport aux 646 millions USD enregistrés au cours de la même période en 2017.

Le rapport déposé mercredi dernier à la Bourse du Nigéria indique clairement que UBA a enregistré une forte croissance de son résultat d’exploitation qui s’évalue à 489 millions USD contre 470 millions USD au premier semestre 2017, soit une hausse de 4,1%.

Bien que la pression qui s’est exercée sur les coûts induits par l’inflation au cours de la période concernée, cette banque soutient avoir brillamment terminé le premier semestre avec un bénéfice avant impôts de 169 millions USD.

« Le bénéfice après impôts a également progressé pour s’évaluer à 127 millions USD, soit une croissance de 3,4% par rapport aux  123 millions USD réalisés au cours de la même période en 2017. Le résultat du premier semestre se traduit en un retour sur fonds propres moyens avant et après impôts de 23% et 17% respectivement », précise le communiqué.

Selon des analystes avertis du secteur bancaire, cette performance vient souligner la capacité du Groupe UBA à produire de bons résultats même à travers différents cycles et écosystèmes commerciaux et économiques.

Les filiales de cette banque continuent de prendre de l’importance. A ce sujet, elles ont contribué à hauteur de 40% au bénéfice du Groupe. Ce qui témoigne, soutiennent – ils, de la stratégie panafricaine de UBA et renforce l’objectif de cette dernière à atteindre 50% de bénéfices de la part des filiales du groupe.

A RE(LIRE) : UBA lance « LEO », le premier banquier virtuel

Au cours du premier semestre de l’année, le total des actifs de la Banque a progressé de 4,9% pour atteindre 12,4 milliards USD et les dépôts de la clientèle ont progressé de 6,1% pour atteindre 8,4 milliards USD, contre 7,9 milliards USD en décembre 2017.

Cette trajectoire de croissance, insiste le communiqué, « souligne le gain de part de marché de UBA qui accroît sa base de clientèle grâce à la réorientation de son service clientèle et à ses offres numériques innovantes. Les fonds propres du groupe sont restés solides à 1,44 Milliard USD, alors même que la mise en œuvre de la norme IFRS 9 a eu un impact sur le total des fonds propres de la banque et de ses pairs ».

« Notre performance au premier semestre reflète la résilience de notre modèle et de nos stratégies commerciaux. Malgré la chute des rendements sur deux de nos principaux marchés, le Nigéria et le Ghana, nous avons enregistré une croissance à deux chiffres du revenu brut. Notre performance démontre le succès des initiatives de la banque dans le numérique et de nos stratégies axées premièrement sur le Client First », a commenté, le directeur général du Groupe, Kennedy Uzoka. 

Par ailleurs, conformément à sa culture consistant à verser des dividendes intermédiaires et des soldes de dividendes, le Conseil d’administration du groupe UBA a déclaré un dividende intérimaire de 0,06 USD par action pour chaque action ordinaire de 0,14 USD à la date de qualification, soit mercredi 5 septembre 2018.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :