Connect with us

a la une

RDC : les chiffres clés des réalisations de Kibali Gold Mine 

Published

on

L’entreprise Kibali Gold Mine est installée depuis 2010 à Doko dans le territoire de Watsa dans la province du Haut Uele. Cette entreprise minière emploie plusieurs nationaux et expatriés, paye des taxes et contribue au développement socio-économique de ce coin du pays. Dans notre série d’articles autour de cette activité minière, Zoom Eco fait un focus sur les chiffres clés de ces différentes réalisations.

Le premier concerne sa production. Pour le deuxième trimestre de l’année 2018, sa production d’or a augmenté de 171 948 oz. Cela, suite à l’accroissement des activités dans la mine souterraine.

En termes d’investissement déjà effectué au pays depuis 2010 jusqu’au deuxième trimestre 2018, Kibali a dépensé 3,4 milliards de dollars payés sous formes de taxes, permis, infrastructures, salaires et fournisseurs locaux : 170,4 millions investis comme contributions visibles directes dans la zone du projet et 2,26 milliards comme contributions non visibles. Et ce, sans compter la part affectée dans les contrats de sous-traitance spécialisée notamment dans l’excavation des puits, exploration souterraine et forage principal.

Kibali a dépensé plus de 180 millions dans les contrats pour la construction ; plus de 600 millions dans les contrats pour les services généraux et chaîne d’approvisionnement.

Au sujet de son effectif, elle emploi, à ce jour, 4 108 (71%) de sous-traitants nationaux, 887 (15%) du personnel congolais et 265 (5%) de journaliers nationaux. Pour les expatriés, elle emploi 198 (3%) de personnel expatrié et 301 (5%) de sous-traitants expatriés. De l’ensemble de cet effectif, le personnel féminin dépendant directement de Kibali est de 6% mais si on considère toute la mine, il est de 4%.

A propos de la configuration de ce personnel pour toute la mine, 35% provient de la province de Haut Uele dans sa nouvelle configuration. Et dans l’ancien découpage territorial, il représentait 61% provenant de la province Orientale. Et 1,1% de ce personnel était recruté à Kinshasa.

Dans le cadre de ses responsabilités sociétales, Kibali a dépensé depuis le début de l’année 2018, 900 045 USD pour les projets sociaux et communautaires.

Quant aux questions en souffrance notamment le paiement de la TVA par le gouvernement congolais et les revendications de droit, 215,4 millions de dollars restent toujours impayés par l’Etat congolais au 30 juin 2018.

Nadine FULA | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. Hanani Bardol

    27 juillet 2018 at 7 h 52 min

    Bonjour , nous saluons les actions de Kibali pour cette partie du pays. Néanmoins la source des chiffres présentés est elle fiable ? est ce un audit financier selon les normes était-il réellement fait afin d’approuver la véracité des chiffres. y at-il moyen de nous présenter une étude comparative entre les exonérations (en valeur approximatives) obtenues par Kibali et ses actions (en valeurs approximatives) sur terrain pour enfin peser sur la balance ces dépenses . le remboursement inscrit dans ses états-financiers sur ses investissements auprès des banquiers est-il réellement correct?? sa base imposable déclarée est elle sincère ?? j’espère que nous allons lire prochainement cette partie d’information qui manque pour apprécier l’importance des dépenses présentées (salaire , taxe,…). Merci

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :