Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : l’Union de sociétés minières aux capitaux chinois lance ses activités

Published

on

L’Union de société minières aux capitaux chinois en RDC, (USMCC) a lancé ses activités le week-end dernier à Lubumbashi, province du Haut Katanga. Il s’agit d’une plate-forme de 37 entreprises chinoises qui ont accepté de se mettre ensemble en vue de faciliter la coopération avec les sociétés aux capitaux congolais.

D’après l’ACP, c’est une initiative de l’ambassadeur chinois en RDC encouragée par le ministère des Mines. Ce dernier a été représenté à cette cérémonie par le directeur de Cabinet du ministre, Valery Mukasa.

A cette occasion, le gouverneur du Haut-Katanga, Célestin Pande Kapopo, a émis le vœu de voir l’exploitation minière profiter en priorité à ses administrés, avant de préconiser la création d’une telle structure dans le secteur agricole. Il a aussi insisté sur le respect de la responsabilité sociétale des entreprises et de la loi sur la sous-traitance.

Selon lui, la prise en compte de ces préoccupations majeures permettra non seulement aux populations riveraines de se retrouver dans les avantages de l’exploitation minière, mais aussi de favoriser la création d’une classe moyenne nationale.

Le gouverneur du Lualaba, Richard Muyej Mangez Mans, a, quant à lui, expliqué son programme de briser la dépendance de sa province des mines en développant d’autres domaines de production.

L’ambassadeur chinois en RDC, Yang Junging, a souhaité voir se poursuivre cette coopération économique entre Kinshasa et Pékin.

En rappel, l’Union de société minières aux capitaux chinois en RDC (USMCCR) est à considérer comme une corporation des opérateurs miniers chinois. Pour se faire, elle devra œuvrer pour le respect des textes légaux et réglementaires liés à la réalisation de leurs activités en RDC. Mais aussi pour la défendre les intérêts de ses membres.

Il reste à savoir si cette structure est affiliée à la Fédération des entreprises du Congo (FEC) à travers sa chambre des Mines ou qu’elle évolue en toute indépendance avec la bénédiction du gouvernement congolais.

Emilie MBOYO | Zoom Eco

Advertisement

Edito