Quantcast
Connect with us

a la une

Jérôme Sekana : « voir Gécamines se redresser ne peut plaire aux chantres de sa mort »

Published

on

Jérôme Sekana vient de publier sa réflexion d’une dizaine de pages intitulé : « Non, nous ne sommes pas d’accord avec ce pamphlet » ! Il conteste le document publié par l’ingénieur Mushila à propos de la Générales des carrières des mines (Gécamines) qu’il qualifie de « mensonger ». Au cours d’une conférence de presse tenue le vendredi 15 novembre au centre Caritas de Kinshasa, il a donné les motivations expliquant sa démarche.

En sa qualité de journaliste économique, Jérôme Sekana a voulu alerter l’opinion sur le parcours de ce géant minier congolais qui se relève petit à petit de ses cendres. Il est parti d’un constat selon lequel les échecs sont des escaliers pour monter vers la gloire ou le développement.

« La Gécamines a été dépecée, tel un éléphant tué par des braconniers charognards de tous poils, venus de quatre points cardinaux dans l’intention première de consumer même sa carcasse avec le concours des institutions financières internationales », a – t – il soutenu.

Dans sa réflexion, ce journaliste économique insiste sur le fait que voir cette Gécamines renaître miraculeusement de ses cendres, se redresser sur ses quatre pattes, ne peut aucunement plaire à tous ceux qui chantaient déjà sa disparition.

Jérôme Sekana s’interroge si oui ou non le rôle de la Gécamines devrait désormais se limiter à regarder des supposés plus intelligents et plus forts exploitants miniers venus d’ailleurs, sans doute plus riches que cette société d’Etat, travailler sur ses terres, en laissant derrière eux, des cratères géants inexploités qui polluent l’environnement au lieu de développer elle-même son économie, diversifier celle-ci afin qu’elle puisse produire de richesses durables.

A RE(LIRE) : guerre larvée pour démanteler Gécamines et réviser le Code minier de 2018

Il félicite la Gécamines qui a réussi à se tirer intelligemment des griffes de multinationales qui voulaient tout lui prendre.

Jérôme Sekana reconnait de graves lacunes que présente la Gécamines notamment en matière organisationnelle où certains grands responsables se sont comportés en roitelets, confondant allègrement les biens de l’entreprise avec les leurs.

A lui de poursuivre, « personne ne nierait que la Gécamines ne ressemble plus à celle qu’elle fut, notamment depuis que son patrimoine minier et industriel avait été cédé et dépecé à partir de 1996, ne lui laissant plus que des dettes et un personnel pléthorique, amorti par l’âge ou la vieillesse avec un outil de travail obsolète ».

Estimant qu’il est malsain de nier les efforts fournis par la Gécamines, il conclut sa réflexion par un appel aux congolais de se montrer intransigeants avec la Gécamines pour la forcer à se former plus vite et plus fort, pour que le pesanteurs héritées du passé disparaissent définitivement et qu’elle devienne une entreprise moderne.

Nadine FULA

Sur le même sujet :

RDC : Gécamines récuse un pamphlet de Ngoy Mushila prônant sa « mort clinique »

Advertisement

Edito