Connect with us

a la une

RDC : INPP, parmi les plus grands centres de formation technique d’Afrique centrale

Published

on

Une performance soutenue par l’appui du gouvernement japonais en gestion du capital humain, dotation d’équipements modernes et en renforcement de capacités du sommet de la direction à la base. Maurice Tshikuya, administrateur directeur général de l’Institut National de Préparation Professionnelle (INPP) l’a dit devant la presse en tournée avec la délégation japonaise, ce 31 octobre 2018.

Le système d’enseignement en RDC est mal orienté, a précisé l’ADG de l’INPP, pour cause, « tout le monde a tendance à devenir bureaucrate et on n’oublie pas que le pays a plus besoin des hommes de métier pour sa reconstruction. Et ça c’est un défi majeur que nous cherchons à relever ici à l’INPP. »

C’est dans ce souci qu’intervient l’Agence Japonaise de coopération technique (JICA) pour capitaliser ces ressources humaines que nous avons afin de booster toutes les potentialités qui se trouvent en elles. Toutes les filières de l’INPP conçues pour répondre à un besoin réel du terrain. Ce qui explique la mise en place des formations qualifiantes (destinées aux jeunes en quête d’un emploi) et continues pour les employés qui cherchent soit à se spécialiser ou à parfaire leurs connaissances.

Plusieurs filières pour répondre à cette demande. Maurice Tshikuya a évoqué notamment :  la maçonnerie, la motorisation, l’informatique, l’hydraulique, l’automate programmable industriel et autres.

De l’intervention du Japon pour répondre au besoin de formation de qualité
JICA apporte au soutien à l’INPP depuis 1987. La coopération était interrompue quelques années avant de réprendre vers les années 2010. Cette collaboration se situe à plusieurs niveaux, a indiqué l’ADG Tshikuya.

Phase 1 de 2010-2014 : Ici, la JICA a mis en place ce programme pour appliquer une approche compréhensive. Il était conçu pour créer la synergie de plusieurs composantes notamment la coopération technique, l’aide financière non remboursable et l’envoi des experts. Chaque année, des experts japonais vont à l’INPP pour dispenser de formations aux enseignants de cet institut et de congolais sont envoyés soit au Japon, soit au Sénégal pour renforcer leurs capacités. C’est aussi grâce à ce programme que l’INPP fait désormais peau neuve et équipé en matériels dernier cri.

Phase 2 de 2014-2020 : cette phase est marquée par le démarrage des activités du projet de coopération technique pour le renforcement de capacités de la gestion de l’INPP. Ceci, pour emmener les ressources humaines à répondre aux besoins des employés. C’est aussi dans le cadre de la phase II qu’une aide financière non-remboursable a été octroyée pour l’aménagement et l’équipement de la direction provinciale de l’INPP Katanga à Lubumbashi qui sera inauguré d’ici la fin de ce mois de novembre 2018.

A RE(LIRE) : la vision de l’INPP pour l’intégration de l’approche TREE

Que deviennent alors les apprenants de l’INPP après leur formation ?
Une question qui vaut son pesant d’or quand on sait combien d’étudiants chôment après leurs études. A cette préoccupation majeure, Maurice Tshikuya, ADG de l’INNP a indiqué qu’ils ont mis en place de formations sur l’entreprenariat. Une fois outillés, ces jeunes entrepreneurs peuvent accéder à un crédit mis en place grâce à un fonds financé par le Japon et logé à la banque FINCA RDC. La seule garantie à présenter par les souscripteurs, c’est le diplôme de l’INPP.

Le souhait de la direction générale, c’est de de prolonger ce partenariat entre la RDC et le Japon. Car, il arrive déjà à son terme.

Nadine FULA | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :