Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Le Ministère de l’Industrie s’engage à identifier les spoliateurs de la ZES/Maluku

Published

on

RDC : Le Ministère de l’Industrie s’engage à identifier les spoliateurs de la ZES/Maluku

Le Ministère de l’Industrie déplore le sabotage et la spoliation de la Zone Economique Spéciale (ZES) de Maluku à Kinshasa. A travers le Directeur de Cabinet du Ministre, il a été ordonné la démolition des bornes y placées illégalement. Et l’inauguration des panneaux délimitant les périmètres de cette propriété de l’Etat est intervenue le mardi 5 Septembre 2017 dans cette commune urbano-rural située à l’Est de la capitale congolaise.

Dans les prochains jours, apprend – on, une mission d’identification des spoliateurs sera diligentée sous la supervision du Ministère de l’Industrie en vue d’identifier les personnes qui ont construit sur le site, ériger des clôtures sur ses périmètres.

Selon le Directeur de Cabinet Roger Lossala Ngondo, la délimitation de la zone économique spéciale de Maluku est une réponse à l’impératif d’informer la population de la décision du Gouvernement visant à mettre cet espace à l’abri de toutes tentatives de spoliation.

La ZES été décidée et créée suite à la volonté du Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange de relancer le secteur de l’industrialisation de la RDC, à l’instar de la République populaire de Chine.

A coté de cette opération de délimitation, l’Agence des Zones Economiques Spéciales (AZES) entame une série de sensibilisations de la population sur l’existence de ce projet du Gouvernement devant servir de cadre aux investisseurs soucieux d’implanter leurs usines et de bénéficier des avantages fiscaux et administratifs. Donc, la promotion de l’industrie locale.

Selon les statistiques officielles du Ministère de l’Industrie, la RDC en comptait plus de 19 000 industries en 1960 alors qu’elle n’en a plus que 511 actuellement.

Pour le Gouvernement, il est donc important de sécuriser les 885 hectares de cette Zone Economique Spéciale située à proximité du Fleuve Congo et permettant un accès vers le vaste marché de l’intérieur et la sortie vers le marché international.

Zoom Eco

Advertisement

Edito