Quantcast
Connect with us

a la une

Paul Muhindo : «le report des élections à Beni est une décision politique »

Published

on

Le député national élu du territoire de Beni, Paul Muhindo Mulemberi s’insurge contre le report des élections au mois de mars 2019 dans les circonscriptions de Beni et de Butembo en province du Nord-Kivu. Dans une interview exclusive accordée à Zoom Eco, ce candidat à la réélection a estimé que la décision de la CENI a une connotation purement politique.

« Je considère que cette décision unilatérale est totalement politique et pour le bénéfice du FCC et son parrain. Ces derniers ne voudraient jamais voir le territoire de Beni et Butembo participer au vote d’un autre président», a – t – il déclaré.

Convaincu que cette partie de la République est totalement acquise à l’opposition, Paul Muhindo est d’avis que ce million d’électeurs peut faire basculer les résultats des urnes en faveur de leur candidat président de la République, Martin Fayulu.

« C’est étonnant. Nous avons battu campagne à Beni et le ministère de la Santé nous mettait de points d’eau partout, on se lavait. Et on ne comprend pas comment ça devient impossible d’organiser les élections à ce même endroit. Nous pensons que ce n’est qu’une stratégie de la majorité présidentielle pour nous empêcher de ne pas participer au vote», s’est-il insurgé.

Élu dans la circonscription de Beni et candidat à sa succession, Paul Muhindo pense que le territoire et la ville de Beni ainsi que Butembo ville sont les contrées les plus meurtries par la guerre. D’où, la nécessité de ne pas les exclure du vote.

Il a par ailleurs indiqué qu’à ce jour, l’épidémie à virus Ebola a considérablement baissé dans ces coins, il en est de même du taux d’insécurité. Une bonne occasion donc pour y organiser les élections.

A lui de s’interroger : pourquoi la CENI, malgré les alertes lancées en amont, a-t- elle laissé les candidats se dépenser financièrement dans la campagne électorale pour enfin annuler les scrutins?

Il conclu que ce report des élections législatives au mois de mars 2019 est un mauvais plan, une punition qu’on voudrait infliger à l’électorat de Beni et Butembo.

«Nous n’allons pas l’accepter», a – t – il insisté.

Emilie MBOYO | Zoom Eco

Advertisement

Edito