Connect with us

a la une

Victor Tesongo : «L’heure n’est plus au discours…»

Published

on

[Point de vue] – Que pouvons-nous attendre encore du discours du Président Kabila après plusieurs discours devant le Congrès, irréalistes plus loin encore non consommables par du peuple ? Une question que s’interrogent beaucoup des jeunes.

La seule chose qui anime notre classe politique, c’est l’irresponsabilité vis-à-vis du peuple. Alors que ce dernier n’attend que le rétablissement de l’ordre constitutionnel. On nous parle d’un discours d’orientation de la politique du pays, je doute fort de cette volonté après plusieurs désorientations du peuple et surtout qu’il est hors-mandat constitutionnel. Peut-il encore orienter le peuple ?

La seule chose qu’il faut pour une sortie par la grande porte du Président Kabila est l’application de l’esprit et de la lettre de l’Accord de Saint Sylvestre. Après avoir conduit le pays dans l’impasse politique actuelle, l’heure n’est plus au discours mais aux actes.

Le peuple n’a plus le temps d’écouter des discours ni de les lire mais plutôt d’aller aux élections. Cela étant le seul schéma susceptible de sauver le pays et sortir son peuple du désespoir qui se relève chaque jour à cause de la méconduite de la classe politique dans son ensemble.

La jeunesse attend un signal fort dans la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016. Le seul mal-nécessaire pour nous conduire aux élections afin d’élire une nouvelle équipe dirigeante qui aura pour mission principale : s’occuper du social du peuple et la prise charge adéquate des problèmes du pays au regard de sa vocation de puissance économique telle que prônée par ses pères de l’indépendance dont Patrice Emery Lumumba.

A défaut de cette application, seule marche à suivre est la désobéissance civile à la classe dirigeante.

Le chien aboie, la caravane passe, dit-on. Mais attention, la caravane peut écraser le chien. Et cette caravane, c’est le peule qui est plus conscient de son avenir et tient son destin à mains.

Victor Tesongo, Activiste Lucha,

Prêt pour son pays.

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :