Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Le clan Kabila cité dans le «Passeports Papers»

Published

on

Le coût élevé du passeport biométrique ne profite pas assez à l’Etat congolais. Sur 185 USD, seuls 65 USD reviennent au Gouvernement. Et la différence est empochée par le Consortium SEMLEX dans lequel fait partie une entreprise privée qui appartiendrait à un membre du clan Kabila. La révélation porte la signature de Reuters.

Cette société offshore dénommée LRPS est enregistrée à Ras Al Khaimah aux Emirats Arabes Unis (EAU), une juridiction où les détails de la propriété sont souvent gardés secrèts. Selon l’enquête Reuters, LRPS appartient à Makie Makolo Wangoi, qui est considérée comme un membre de la famille Kabila.

Cette même source a indiqué que Wangoi a voyagé aux Emirats Arabes Unis en Juin 2015 pour compléter le transfert d’actions LRPS en son nom. Les documents se rapportant à des arrangements de voyage et le transfert d’actions indiquent qu’elle possède LRPS, bien que les preuves ne soient pas concluantes.

Clé de répartition

Négociateur: Semlex PDG Albert Karaziwan, droit, parler au président Joseph Kabila de la RD Congo lors du lancement en Novembre 2015. du pays passeports biométriques à Kinshasa RTNC / Document via Reuters TV

Le contrat de 11 Juin 2015 prévoit que 65 USD de chaque passeport soient affectés à l’Etat congolais. Le reste de 120 USD ont été attribués à un consortium qui comprend Semlex Europe, basé à Bruxelles; Semlex mondiale, basée aux Emirats Arabes Unis; imprimante lituanienne Semlex; et l’entité appelée EAU LRPS.

Ainsi, si SEMLEX gagne 48 USD sur chaque passeport vendu, Mantenga Contacto Trading Limited (une entreprise basée à Kinshasa) perçoit 12 USD pour de services de ressources humaines du projet. Ce que Mantegna a reconnu auprès des enquêtes de Reuters sans fournir un quelconque commentaire.

Les 60 USD restant reviennent de plein droit, selon des documents vus par Reuters, à LRPS notamment pour des services liés à l’administration, la logistique et la relation avec le Gouvernement. Reuters affirme même que LRPS était représenté dans les pourparlers avec le gouvernement par Karaziwan, le patron de Semlex.

LRPS-Wangoi, quels liens ?

VOYAGEUR: La photo du passeport de Makie Makolo Wangoi, a rapporté être un parent du président Joseph Kabila de la République démocratique du Congo.

Si Reuters n’a pas pu vérifier l’état actuel de LRPS, il constate cependant que son certificat de constitution avec les autorités à Ras al Khaimah prouve qu’il a été mis en place le 14 janvier 2015, alors que Semlex négociait l’accord de passeport avec les représentants du Gouvernement congolais.

Un accord de transfert d’actions indique qu’en 2015, LRPS appartenait à Cédric Fevre, un Français basé à Dubaï et un associé d’affaires de Karaziwan. C’est par la suite, indique une source proche du dossier cité par Reuters, que ce dernier à transféré toutes les 10 000 actions de LRPS à Wangoi qui en est devenu propriétaire. Toutefois, Reuters précise qu’il n’a pas vu une copie signée de cet accord de tranfert. Alors que Fevre et Wangoi, personne n’a pas répondu à ses questions.

Selon Reuters, Wangoi est actionnaire de plusieurs entreprises avec d’autres membres de la famille Kabila. Dans deux de ces entreprises, Congo-base Shaba Impex Sprl et Shaboil Sprl, elle utilise le nom Makolo wa Ngoy Kabila dans l’enregistrement. Elle a été identifiée comme une sœur Kabila dans l’enquête Bloomberg dans les intérêts commerciaux de la famille du Président. Une autre source, qui a étudié le Congo et Kabila depuis de nombreuses années, a dit qu’elle pouvait être une nièce.

Contrat signé en violation des procédures

Reuters rappelle le fait que le Premier Ministre de l’époque, Mapon Matata Ponyo connu pour sa rigueur, a écrit au Ministre des Affaires étrangères Raymond Tshibanda l’interpellant d’avoir entendu parler de la signature du contrat de passeport dans la presse.

Dans la lettre, revue par Reuters, Matata Ponyo a demandé plus de détails sur le contrat pour voir si celui-ci satisfait aux exigences en matière de transparence et de bonne gouvernance. Il n’a jamais reçu de réponse, a affirmé un porte-parole de Matata Ponyo.

Selon un haut fonctionnaire de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP), l’accord de passeport aurait dû passer par un appel d’offres public. « Cela n’a pas eu lieu », a déclaré le fonctionnaire. Et d’ajouter : « Il a été traité directement par le Ministère des Affaires étrangères. Le contrat aurait dû être publié ».

Télécharger la copie du contrat publiée par Reuters :Govt_Semlex_Consortium_June_2015

L’Etat perd des millions

Selon Reuters, une personne ayant une connaissance directe de l’opération Semlex a déclaré que la compagnie belge avait produit 145 000 des nouveaux passeports biométriques à la fin de Janvier 2017. Déjà, ce nombre de passeports aurait fait empocher à LRPS près de 9 millions de dollars américains.

Dans un autre document examiné par Reuters, Semlex dit qu’il serait en mesure de fournir Congo avec 2 millions de passeports par an, une fois que l’opération était pleinement opérationnelle. Par conséquent, la société belge pourrait recevoir près de 100 millions USD par an à compter de l’accord, alors que LRPS pourrait recevoir 120 millions USD par année.

Rien n’est dit sur les impôts et taxes dus à l’Etat congolais qui perd doublement. Le coût élevé du passeport biométrique congolais est mis en évidence par la proposition concurrente. Selon Reuters, une société belge Zetes lui a confirmé avoir présenté une offre en 2014 pour la fourniture de passeports biométriques en RDC pour 28,50 USD chacun.

Si le contrat signé pour 5 ans est en cours de validité, d’aucuns préconisent la révision pure et simple de ce contrat qui a irrité, à l’époque, l’homme de la rigueur à la cravate rouge. D’autres par contre suggèrent que le Parlement se saisisse de la question afin d’envisager de mécanismes permettre à l’Etat congolais d’être rétabli dans ses droits.

Zoom Eco

A RE(LIRE) : 

RDC : Le passeport biométrique avec puce ne coûtera pas 125 USD

RDC : Grève aux Affaires étrangères, voici les deux raisons!

Advertisement

Edito