Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Les deux raisons de la légère baisse du taux de change [Analyse]

Published

on

RDC : Les deux raisons de la légère baisse du taux de change [Analyse]

Une légère baisse du taux de change s’observe depuis 48 heures sur le marché parallèle à Kinshasa. De plus de 1 710 CDF, ce taux est tombé ce samedi 29 Juillet 2017 à 1 650 CDF. Deux raisons justifient cette situation. L’effet saisonnier lié au paiement d’impôts et taxes à la fin de chaque mois par les opérateurs économiques exportant leurs produits. Et, le résultat de la mesure portant gel de paiements observée par la Banque Centrale depuis deux semaines. Analyse de Zoom Eco.

  • Comme à la fin de chaque mois, les opérateurs économiques exportateurs de leurs produits s’acquittent de leurs obligations fiscales. Pour ceux-là, y compris les miniers dont leurs opérations (ventes à l’étranger) se font en dollars américains, ils sont obligés de convertir les devises dont ils gardent par de vers eux afin de pouvoir payer les impôts et taxes en monnaie locale (franc congolais). Prenons le cas d’une seule entreprise minière qui doit payer à l’Etat l’équivalent en CDF de 3 millions USD. Et donc, cette opération a l’avantage de libérer d’importantes sommes en dollars US sur le marché de change. Ce qui augmente la quantité des devises et qui contribue à l’appréciation de la monnaie locale.

 

Conséquences

Si les opérateurs économiques importateurs vont, en début du mois d’Août, rechercher des devises pour pouvoir renouveler leurs stocks à l’étranger (c’est-à-dire importer les marchandises), il y a lieu de s’attendre que la rareté du dollar US accélère de nouveau la dépréciation du franc congolais dans les prochains jours. A moins que la BCC ne fasse une vente de devises aux banques commerciales.

Encore faudrait – il qu’elle ait suffisamment de devises en réserve pour pouvoir prétendre à cette opération. Tous ses espoirs sont fondés sur les rapatriements des 40% devises de l’exportation des produits miniers vendus aux marchés internationaux.

A moins qu’elle demeure définitive, la mesure de gel des paiements en CDF par la BCC pour des raisons évidentes est temporaire. Et donc, la lever pour pouvoir faciliter aux opérateurs économiques et fournisseurs de l’Etat de faire tourner leurs activités ramènerait la situation au point de départ. Certains économistes disent que la situation va encore s’aggraver. A moins que la BCC ne continuer à effectuer des paiements au fur et à mesure que le Trésor public génère des entrées.

A RE(LIRE) : La formule BruTshi tarde, le taux de change frôle 1 700 CDF pour 1 USD !

A tout prendre, la légère baisse du taux de change sur le marché à Kinshasa n’est visiblement que temporaire. Les solutions durables sont connues. Et c’est seulement elles qui pourront résorber cette crise.

Toutefois, il y a lieu de reconnaître les efforts louables de la BCC qui œuvre pour éviter que le pire n’arrive. Si seulement la sonnette d’alarme sur la nécessité d’industrialiser et de diversifier l’économie congolaise qu’elle tirait depuis bien longtemps était entendue. Hélas, les Gouvernements successifs n’ont pu rien faire dans ce sens.

Zoom Eco

A RE(LIRE) :

RDC : A 3,852%, le taux d’inflation hebdomadaire a presque quadruplé [Analyse]

RDC : Nécessité de prévenir « l’explosion de la poudrière sociale »

Advertisement

Edito