Connect with us

a la une

RDC : projet du budget 2019, quelques réactions des élus du peuple !

Published

on

RDC : projet du budget 2019, quelques réactions des élus du peuple ! 1

C’est depuis ce mardi 23 décembre 2018, soit 20 jours après son dépôt au bureau de l’Assemblée nationale, que les députés nationaux ont débuté l’examen et l’adoption du projet de loi de finances 2019. Ce document leur a été présenté par le premier ministre Bruno Tshibala. Zoom Eco a tendu son micro à quelques députés nationaux.

Présenté en équilibre, en équilibre et en dépenses, à 10 352,3 milliards de CDF, ce projet de budget 2019 ne correspond pas aux ententes d’une frange d’élus du peuple.

Le député national, Henry Thomas Lokondo se pose la question sur l’impact du Code minier révisé dans ce texte de loi. D’après lui, le gouvernement estimait qu’à la faveur de cette révision de la loi minière, les caisses de l’État devraient être renflouées notamment par les redevances minières. Et de s’interroger : qu’en est-il exactement?

Son collègue Richard Mayaya de l’AFDC note que la RDC doit améliorer les fonds alloués à la santé pour lutter entre autres contre la tuberculose comme cela a été décidé à la 73ème Assemblée générale de l’Onu. Aussi, devrait – elle, doter plus des moyens pour rehausser le niveau de l’enseignement en RDC.

Pour sa part le député national Fabrice Puela a exigé que les dépenses soient bien ventilées dans les projets prioritaires tels que la maintenance des voies ferrées par

(ex. ONATRA) en vue de transporter les produits inflammables et autres.

Ce projet du budget 2019 pose un problème de mobilisation des recettes internes et externes, estime le député national Hubert Thetika, bien que la pression fiscale relative au Code minier soit passée de 9% à 13%.

En principe, soutient – il, rien qu’avec ce nouveau Code minier, le gouvernement va mobiliser près de 4 011,4 milliards de CDF, soit un taux d’accroissement de 48,5%. Que dire des autres secteurs de la vie nationale?

Avec toutes ces préoccupations, le premier ministre Bruno Tshibala a eu droit à 48 heures pour ramener des réponses claires et précises afin d’obtenir de l’Assemblée nationale la Recevabilité du projet de loi de Finances 2019.

Michel EFAKA | Zoom Eco

Edito

Advertisement