Connect with us

a la une

RDC : Glencore a – t – elle vraiment roulé Gécamines ?

Published

on

RDC : Glencore a – t – elle vraiment roulé Gécamines ? 1

Des Accords financiers et commerciaux intragroupe. Des contrats de service et de sous-traitance organisée en faveur des sociétés affiliées de Glencore. Actes qui ont entraîné un endettement de 9 milliards USD à des taux d’intérêts exorbitants, … Autant d’actes qui ont caractérisé la mise en œuvre de la politique de Katanga Mining, filiale du géant suisse en RDC, consistant à rouler la Gécamines dans la farine durant  des années. Ces deux sociétés sont partenaires dans la jointe-venture Kamoto Copper Company (KCC).

La Gécamines en eu a marre. Dans une mise au point officielle rendue publique le 24 avril 2018, le géant minier congolais dénonce cette politique qui, d’après elle, a abouti à ponctionner, au seul profit de Katanga Mining, la trésorerie et la richesse de la société commune, à savoir KCC.

En effet, le  groupe d’actionnaires majoritaires de KCC a passé une série d’accords financiers et commerciaux intragroupe. En même temps, révèle la Gécamines, sa politique des contrats de service et de sous-traitance organisée en faveur des sociétés affiliées de Glencore a constitué une autre forme de pratique qui a contribué à affecter les résultats de la société commune, laquelle ne lui a jamais versé le moindre dividende.

« En se basant uniquement sur les quatre derniers exercices, la dette financière est ainsi passée de 3 233 736 880 USD à 4 572 497 908 USD et la dette commerciale de 1 967 255 847 USD à 4 473 525 056 USD, en sorte que la société se trouve endettée, fin 2017, à l’égard du Groupe Glencore à hauteur de 9 milliards USD, le tout en supportant des taux d’intérêt annuels pouvant atteindre 14%, très loin des conditions auxquelles la maison-mère emprunte, pour ensuite prêter à la société commune. Ce sont ainsi plusieurs centaines de millions de dollars d’intérêts qui sont chaque année dus par KCC au groupe d’actionnaires majoritaires », a expliqué la Gécamines.

Dès lors que la situation motivant une mise en dissolution judiciaire de KCC est caractérisée depuis maintenant plus de 10 ans, sans qu’aucune régularisation ne soit intervenue, malgré les nombreux rappels à l’ordre, la Gécamines affirme s’être vue dans l’obligation d’engager cette procédure et la mener à terme. Même si Katanga Mining affirme avoir investi dans les infrastructures et qu’elle est actuellement en mesure de faire face à toutes ses obligations.

A RE(LIRE) : dissolution de KCC, Gécamines et Katanga Mining devant la justice ce 8 mai 2018 !

Si à cette époque la Gécamines avait estimé qu’il n’y avait aucun problème avec cette dette tant que ses intérêts étaient alignés à ceux de Glencore, des analystes avertis se posent bien de questions : pourquoi avoir attendu si longtemps pour intervenir ? Pourquoi avoir validé les états financiers de KCC toutes ces années alors qu’il y avait visiblement un problème? Pourquoi n’avoir pas exigé la suspension des intérêts en 2015 ? Qu’est-ce qui a changé aujourd’hui?

Zoom Eco

Sur le même sujet :

RDC : dissolution de KCC, Gécamines et Katanga Mining devant la justice ce 8 mai 2018 !

Edito

Advertisement