Connect with us

a la une

Joseph Kabila : « je vais m’occuper de mes fermes »

Published

on

Après la Presidence de la République, Joseph Kabila envisage de se mettre à la réserve du pays et de s’occuper de ses fermes installées et opérationnelles. Dans une interview exclusive accordée au journal belge «Le Soir», celui qui s’apprête à quitter le Palais de la Nation en janvier prochain, affirme avoir donné un exemple patriotique devant inspirer son peuple.

A la question de Collette Brackman, celle de savoir où sera – t – il l’année prochaine, Joseph Kabila a donné une réponse claire.

« Mes fermes, à Kingakati ou au Katanga, sont le résultat d’années de travail, j’ai construit petit à petit… C’est aussi une leçon que je voudrais donner aux Congolais : il faut qu’ils soient les premiers investisseurs dans leur pays. Qu’au lieu de créer 600 partis politiques ils créent 600 entreprises. C’est un devoir patriotique. A ceux qui, depuis l’étranger, nous critiquent, je leur dis de revenir, d’investir au Congo, de créer des entreprises», a – t – il indiqué.

Le chef de l’État sortant ne songe nullement aller en vacances aux Bahamas, ni en Espagne, encore moins à Dubaï ou ailleurs. Il avoue rester vivre en Rd Congo pour s’occuper de « beaucoup de choses.»

Dans la réserve de la République, serait-il en mesure de prodiguer de conseils à son successeur ? A cette question, Joseph Kabila s’est voulu rassurant :

« Cela dépend. S’il a besoin de mes conseils, je serai toujours là, volontiers. Mon successeur, quel qu’il soit, aura non seulement besoin de l’ancien président, maissurtout besoin de dignité. Besoin de la participation des 80 millions de Congolais aupays et de tous ceux qui sont dans la diaspora, afin d’aller de l’avant dans la reconstruction du Congo.»

A propos de sa richesse qui dépasserait celle du maréchal Mobutu, Joseph Kabila a déclaré n’avoir pas le temps de répondre à ce qui fait partie de la désinformation.

Il s’agit, d’après lui, « des fake news. Ces histoires émanent d’officines basées à Paris, Bruxelles, New-York, …»

Emilie MBOYO | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :