Quantcast
Connect with us

a la une

Afrique : la position de la RDC sur le partage fonds bleu du bassin du Congo !

Published

on

«La RDC possède plus de 2/3 des tourbières. Elle a plus de 60% de forets du bassin du Congo et 52% d’eau douce. On devrait tenir compte de tous ces nouveaux éléments dans le partage de quota de chaque pays», a déclaré Amy Ambatobe, ministre de l’Environnement de la RDC. Cette position du gouvernement congolais a été révélée à la presse, ce vendredi 27 avril 2018 à Brazzaville, en marge du lancement du segment ministériel de la commission Climat du bassin du Congo et du Fonds bleu pour le bassin du Congo.

D’après Nounou Ngoie, coordinatrice de «Green journalist network», une plateforme de journalistes de la RDC, spécialisée sur les questions environnementales en RDC, les ministres et chefs des délégations ont, dans une séance à huis clos, examiné trois points inscrits à l’ordre du jour. Il s’agit notamment du projet de la Déclaration des Chefs d’Etat ; le budget de démarrage du Fonds bleu de  la commission Climat du bassin du Congo et l’examen des autres points.

La RDC y a été représentée par son ministre de l’Environnement, Amy Ambatobe et le Conseiller principal chargé des questions environnementales au cabinet du Chef de l’État, Marie France Mubenga.

Le premier ministre de la République du Congo qui a lancé ces travaux, a salué les initiatives qui ont été  prises jusques-là depuis la Cop 22, tenue à Marrakech lors de la mise en place du Fonds bleu. Clément Mouamba a également émis le vœux de passer à la vitesse supérieure, à savoir : la collecte des ressources financières pour l’exécution des projets communs crédibles.

La ministre du Tourisme et  Environnement du Congo, Arlette Soudan a pour sa part, salué l’implication du Roi de Maroc et des tous ses collègues venus de plusieurs pays. Il a  par la même occasion, annoncé à  la presse, que 24 projets seront financés dans cette optique à travers la sous- région.

Le Roi de Maroc, invité spécial de ces assises, s’est fait accompagné de sa ministre de l’Environnement. Cette dernière a indiqué dans son allocution que le Fonds bleu sera le premier outil de financement des projets forts et sobres en carbone.

Rappelant qu’à la Cop 22, Mohamed VI avait déclaré que le Bassin du Congo est capable de changer beaucoup de choses, le Maroc reste convaincu que la mutualisation des efforts des africains mettra fin à l’injustice climatique.

La cérémonie du segment ministériel s’est clôturée dans l’après-midi à l’hôtel Concorde de Kintele à Brazzaville par une prise de photo famille des officiels.

D’après des informations recueillies sur place, il faut donc attendre l’ouverture du sommet de chefs d’État, qui aura lieu ce dimanche, pour connaître le montant exacte du besoin de financement du fonds bleu et le quota de chaque pays.

Nadine FULA | Zoom Eco

A RE(LIRE) :

Afrique : le «fonds bleu» réunira des chefs d’Etats du 27 au 29 avril à Brazzaville !

Advertisement

Edito