Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Centre médical Moyi Mwa Ntongo exige la délocalisation de la société FAB 

Published

on

Pour faire pression aux autorités urbaines et à la société FAB, les agents de ce centre médical ont organisé ce mercredi 21 novembre 2018 un sit-in dans l’enceinte de cet hôpital situé sur 4ème rue Limete. Même les élèves qui se font soigner dans cet hôpital étaient de la partie.

Quid de leurs revendications ?
Trois revendications au centre de cet sit-in : la délocalisation de l’usine FAB, la reconstruction de l’hôpital, le dédommagement des dégâts en vies humaines et matériels. Cette pression se justifie, d’après l’avocat de ce centre hospitalier, par le manque de volonté manifesté par la société FAB dont l’écroulement de l’un de ses deux silos avait causé de dégâts au mois d’août de cette année en cours.

La délocalisation de cette usine appartenant à la société GBT qui produit le blé et aussi le lait caillé “Al Rim”. En effet, ce centre appartenant au mouvement des Focolari, un groupe de l’église catholique, a été implanté quelques années plutôt que l’usine.

On y trouve plusieurs services : ophtalmologie, dentisterie, laboratoire, maternité et autres.

Les autorités de l’hôpital avaient contesté, il y a de cela deux ans, l’installation de cette usine qui se trouve juste derrière le mur du centre de santé.

Autre revendication exigée par ce centre, la reconstruction de l’hôpital. Après cet accident, le mur mitoyen s’était effondré causant ainsi la destruction de la partie réservée à la buanderie et la maternité.

Les décombres sont toujours restés intactes, comme ces photos le témoignent.

Enfin, ils revendiquent aussi le dédommagement des dégâts en vies humaines et matériels. Cinq personnes ont perdu la vie de suite de ce drame notamment celle de Mme Valentine qui travaillait comme ménagère à l’hôpital Moyi Mwa Ntongo.

“Elle se trouvait justement à la buanderie le jour du drame. Son corps était englouti par les tonnes de blé et ne fut retrouvé que 9 heures après le drame”, nous ont témoigné un corps médical trouvé sur le lieu du sit-in.

Depuis que ce malheur a frappé ce Centre Médical, aucune compassion, encore moins un rapprochement de la part des autorités de FAB Congo, responsable de ce accident malheureux. Aussi, les responsables de cet hôpital se disent indignés de constater que l’usine continue à fonctionner malgré le scellage de cette société par le gouverneur de la ville.

Ainsi, les autorités du Centre Médical Moyi Mwa Ngongo, tout en remerciant le gouverneur et le ministre de l’urbanisme et habitant, ne s’avouent pas vaincues. La lutte continuera jusqu’à ce que justice soit faite, précisent – elles.

Nadine FULA | Zoom Eco

Advertisement

Edito