Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Trois institutions du COMESA s’engagent à booster les entreprises congolaises

Published

on

Trois institutions du COMESA (Marché commun de l’Afrique orientale et australe) en charge d’appui aux secteurs tant publics que privés sont disposées à appuyer les entreprises opérant en RD Congo. Il s’agit de la TDB (Banque de commerce et de développement de l’Afrique orientale et australe), ACA (Agence pour l’assurance du commerce en Afrique) et ZEP-RE (Compagnie régionale de Réassurance). Elles étaient présentes au forum national sur les opportunités de financements qui s’est tenu la semaine dernière à Kinshasa.

Lors de ces assises co-organisées par le Ministère congolais des Finances et la Fédération des entreprises du Congo (FEC/Chambre de commerce), les représentants de TDB, d’ACA et de ZEP-RE ont échangé avec les délégués des entreprises publiques locales, des banques commerciales et des sociétés commerciales privées sur les opportunités de financement et les avantages qu’offrent ces trois institutions du COMESA.

Leurs réflexions ont tourné essentiellement autour du thème : « Créer des modèles d’affaires rentables pour le développement économique de la RDC, et présenter des produits et services de la TDB, conçus pour développer les entreprises de l’Afrique orientale et australe ».

Bientôt, un financement de 250 millions de dollars

Ne disposant pas encore des bureaux en RDC, la Banque de commerce et de développement de l’Afrique orientale et australe s’attend à être plus présente au pays dans les prochains jours. « Notre absence physique ne nous a toutefois pas empêchés de faire déjà des affaires en RDC », a souligné M. Kodjo Attaty, le représentant de TDB.

« Nous sommes, précise-t-il, sur le point de finaliser une ligne de crédit d’environ 250 millions de dollars américains avec le Gouvernement congolais. Nous comptons, par ailleurs, développer d’autres transactions qui sont encore dans le pipeline. En tant que banque régionale, nous comptons financer en RDC des secteurs tels que les mines, les télécoms, l’agrobusiness, les transports… et les secteurs privés ».

Booster le secteur des assurances

Pour sa part, le représentant de ZEP-RE, M. Thierry Ravoaja, a tenu à préciser la nature d’appui que son institution compte apporter à la RDC. « La réassurance, dit-il, c’est une protection financière qu’on donne aux compagnies d’assurances. Sans les assurances en effet, le développement d’un pays ne peut pas se faire. L’économie a besoin des assurances et, en plus, de la réassurance. Vous êtes sans ignorer que le Gouvernement congolais s’apprêter à lancer bientôt la libéralisation du marché d’assurances. On est donc là pour accompagner l’Exécutif national dans ce processus ».

« On est aussi là, poursuit-il, pour accompagner le développement des assurances, en fournissant notamment la protection financières requise aux compagnies locales d’assurances et, indirectement, d’appuyer les secteurs privés. Pour accompagner ces compagnies, nous disposons d’un chiffre d’affaires de 130 millions de dollars. ZEP-RE, en tant que compagnie de réassurance, a un fonds propre de l’ordre de 200 millions de dollars, et nos actifs oscillent autour de 300 millions de dollars ».

Attentes du gouvernement congolais

Ces initiatives sont vues de bon œil par le Gouvernement congolais, comme l’atteste le ministre des Finances, M. Henri Yav : « Le ministère des Finances, dans sa mission de mobilisation des ressources financières, travaille à capitaliser les atouts et opportunités que nous offre l’intégration régionale, au travers des organismes en charge de sa promotion et de sa mise en œuvre dans la région ».

« Je suis, dit-il, heureux qu’aux termes de ce forum, plusieurs secteurs d’activités, notamment l’assurance et la réassurance, l’agriculture, le traitement et la distribution d’eau, le financement des projets industriels et des petites et moyennes entreprises, l’acquisition d’ équipement l’entretien routier… pourront bénéficier des financements et autres mécanismes financiers, conformément aux dispositions et modalités d’encadrement qui seront définis dans le Mémorandum d’accord qui sera signé entre le ministère des Finances et ces institutions ». 

D’importants partenaires financiers

Institutions de la COMESA, la TDB, l’ACA et ZEP-RE ont pour objectifs de créer des modèles d’affaires rentables pour améliorer l’accès au financement de façon conséquente, et de favoriser l’attraction des programmes de financement pouvant aider à mettre en place, et à développer des chaines de valeur, surtout ceux soutenant les entreprises de transformation des secteurs publics et privés.

La TDB offre un grand éventail des services et produits financiers aux secteurs publics et privés dans les domaines de l’agriculture, du tourisme, des échanges commerciaux, des infrastructures, de la télécommunication et autres. Sa mission est de financer le commerce international et les projets, afin de promouvoir le développement économique et social des pays membres du COMESA et autres pays de la région. Elle opère dans 22 pays ayant un PIB total de plus de 677 milliards USD, et une population totale de 545 millions d’habitants.

Avec un capital social élevé à 856 millions USD en 2016, cette banque compte comme actionnaires 19 Etats (dont la RDC), faisant partie des regroupements régionaux du COMESA, de la SADC et de l’EAC. Elle compte aussi des actionnaires institutionnels régionaux tels que la BAD (Banque africaine de développement), et les actionnaires institutionnels non-régionaux dans la Banque populaire de Chine et la Banque nationale de Biélorussie (Paritetbank).

Yves KALIKAT (FA)

Advertisement

Edito