Connect with us

a la une

RDC : projet du Budget 2019, les six rubriques des dépenses en chiffres !

Published

on

RDC : projet du Budget 2019, les six rubriques des dépenses en chiffres ! 1

Le projet de loi de finances de l’exercice 2019 comporte un budget en équilibre, en recettes et en dépenses, à 10 352,3 (dix mille trois cent cinquante-deux milliards trois cents millions) de francs congolais. Il dégage un taux de régression de 0,01% par rapport à son niveau de 2018. Motif : la baisse substantielle des recettes extérieures et celles des budgets annexes.

En six points, Zoom Eco revient sur les détails des grandes rubriques des dépenses prévues dans le cadre de ce projet de loi budgétaire.

D’après le chef du gouvernement, les dépenses du budget général se déclinent par rubrique de la manière suivante :

1. Dette publique et Frais financiers : 608,5 (six cent huit milliards cinq cents millions) de francs congolais destinés au remboursement du principal et des intérêts aux différents créanciers de l’Etat ainsi qu’au paiement de la créance titrisée de la Banque Centrale du Congo ;

2. Rémunérations : 3 565,4 (trois mille cinq cent soixante-cinq milliards quatre cents millions) de francs congolais, comprenant, en sus de l’existant annualisé, l’augmentation de la rémunération accordée aux agents et fonctionnaires de l’Etat dans le cadre de la mise en application du barème convenu entre le gouvernement et l’Intersyndicale de l’Administration publique.

« Cette enveloppe de rémunération prend également en compte l’impact du recrutement et du dégagement des éléments de la Police et de l’Armée, de la mécanisation de nouvelles unités de l’Administration publique, de la Santé et de l’Enseignement primaire et secondaire ainsi que des actions salariales en faveur de différents services et corporations socioprofessionnelles du secteur public», a insisté Bruno Tshibala.

3.Biens, matériels et prestations : 1 192,5 (mille cent quatre-vingts douze milliards cinq cents millions) de francs congolais, constitués, outre du fonctionnement courant des institutions et ministères, des dépenses sécuritaires, des charges communes ainsi que des charges à caractère social, notamment le financement des cantines scolaires dans le cadre de la gratuité de l’enseignement primaire, l’amélioration de l’offre et de l’accès de la population aux soins de santé de qualité, la lutte contre le VIH sida et l’éradication des endémies et épidémies, telles que le Paludisme et la maladie à virus EBOLA ;

4.Transferts et subventions : 1 206,1 (mille deux cent six milliards cent millions) de francs congolais, prenant en compte le fonctionnement des provinces et des entités territoriales décentralisées, la rétrocession aux administrations financières, la bourse d’études, la TVA remboursable et les interventions économiques, sociales et culturelles.

Dans ce lot, a révélé Bruno Tshibala, figure la quote-part patronale à la Caisse nationale de sécurité sociale des Agents Publics de l’Etat et l’appui à deux structures des transports, à savoir la société TRANSCO et les Lignes Maritimes Congolaises.

5. Investissements sur ressources propres et extérieures : 2 622,4 (deux mille six cent vingt-deux milliards quatre cents millions) de francs congolais pour le financement des projets du gouvernement central et des provinces ainsi que ceux financés par les bailleurs bi et multilatéraux de la RDC, y compris les dépenses de contrepartie.

Parmi ces projets figurent :
o la poursuite de la construction, de la réhabilitation et de l’équipement des infrastructures scolaires et sanitaires ;
o le projet d’appui à l’ouverture et à l’entretien des routes hautement prioritaires ;
o la poursuite de la mise en œuvre du Projet de Transport Multimodal, en sigle PTM ;
o la construction des bureaux pour abriter les gouvernorats et les assemblées provinciales dans les nouvelles provinces ainsi que la construction des tribunaux de paix en provinces ;
o l’implantation des parcs agro-industriels et l’entretien des voies de desserte agricole à travers les provinces ;
o la poursuite de la mise en œuvre du projet d’adduction d’eau et d’électrification en milieu rural et péri urbain ;
o l’implantation des incubateurs pour la promotion et la compétitivité des petites et moyennes entreprises ;
o le projet de stabilisation de l’Est pour la paix.

6. Dépenses exceptionnelles : 410 milliards de francs congolais pour le financement des élections sénatoriales, municipales, locales et des Gouverneurs ainsi que la prise en charge des dépenses liées aux sinistres et calamités.

Philippe KATUMBA | Zoom Eco

Sur le même sujet :

RDC : projet du budget 2019, quelques réactions des élus du peuple !

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :