Connect with us

a la une

Monde : la RDC dans le top 20 de pays les plus corrompus (IPC)

Published

on

La Rd Congo se retrouve parmi les 20 pays les plus corrompus du monde. En effet, le Rapport de Transparency International sur l’Indice de perception de la corruption (IPC) pour l’année 2018 classe ce pays à la 161ème position sur 180. Son score est de 21% dans un contexte où la plupart de pays en Afrique subsaharienne ont régressé avec un score global de 32%

Ce résultat impacte énormément les efforts des Etats africains dans la promotion de la démocratie sur le continent. Le secrétaire exécutif de la Ligue congolaise de lutte contre la corruption (LICOCO), Ernest Mpararo contextualise le cas de la RDC.

« Le score obtenu, 21%, par la RDC veut dire que la RDC est parmi les 20 pays les plus corrompus de la planète. Cela reflète réellement le niveau de la corruption dans le pays. Le niveau de corruption en RDC a poussé les électeurs à voter contre le régime Kabila dont on accusait n’avoir fournis beaucoup d’efforts pour éradiquer les pratiques de corruption dans le pays», précise Ernest Mpararo,

Le rapport renseigne également que les pratiques de corruption impactent énormément le processus démocratique dans plusieurs pays africains et plus particulièrement les pays dont les valeurs démocratiques sont faibles.

A Ernest Mpararo de préciser : « en analysant le processus démocratique de la RDC, plusieurs cas de corruption ont été dénoncés par plusieurs candidats donnant raison aux analystes qui font un lien entre le processus démocratique d’un pays et le niveau de corruption qui s’y déroule.»

A RE(LIRE) : le poids de la corruption sur le Trésor public !

Face à cette triste réalité, la LICOCO exhorte aux nouvelles autorités du pays de prendre au sérieux les résultats du rapport d’Indice de Perception de la Corruption et fournir beaucoup d’efforts pour renverser la tendance.

« Le combat contre la corruption devra être une priorité du nouveau chef de l’Etat de la RDC. Car, elle prive aux citoyens l’accès aux services sociaux de base de qualité. Elle accentue la pauvreté. Elle mine le processus démocratique et favorise les conflits», précise Ernest Mpararo.

D’où, conclut-il, l’urgence d’une riposte proportionnelle à la corruption endémique qui sévit en RDC.

Nadine FULA | Zoom Eco

Sur le même sujet :

Félix Tshisekedi : « nous allons initier une stratégie de lutte contre la corruption »

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :