Connect with us

a la une

RDC : 150 mégawatts de « Zongo 2 » ne peuvent alimenter Kinshasa pour l’instant !

Published

on

RDC : 150 mégawatts de « Zongo 2 » ne peuvent alimenter Kinshasa pour l’instant ! 1

Le barrage hydroélectrique Zongo 2 est désormais opérationnel. Il est mis en service à titre expérimental, cinq ans après le début des travaux de sa construction. Cependant, les 150 mégawatts produits par cette centrale ne peuvent, pour le moment, alimenter Kinshasa. D’après la Société nationale de l’électricité (SNEL), cette fourniture est conditionnée par la fin de la construction de la ligne haute tension (220 kilovolts) dont les travaux sont en cours.

Le directeur en charge des équipements et électrification rurale de la SNEL, José Maholo, l’a révélé lors d’un entretien le week-end dernier avec la presse à Zongo, dans la province du Kongo Central.

En effet, la centrale Zongo 2 est constituée de trois machines dont chacune est en mesure de produire 50 MW. Ce qui fait qu’avec les trois machines, le total de production de l’énergie électrique fait 150 mégawatts. De quoi apporter une solution au problème de délestage que connait la ville de Kinshasa.

Cependant, a affirmé José Maholo à l’ACP, Zongo 2 n’est pas, pour le moment, en mesure d’alimenter Kinshasa étant donné que la construction de la ligne haute tension 220 kilovolts qui devra conduire cette énergie électrique n’est pas encore achevée.

Des brevets sanctionnant la formation en Chine et en RDC, des agents de la SNEL chargés d’assurer l’exploitation et la maintenance de cette centrale hydroélectrique leur ont été remis vendredi dernier sur place à Zongo.

A en croire des ingénieurs affectés à la maintenance de cette infrastructure, Zongo 2 s’impose comme la centrale hydroélectrique la plus moderne constituée des machines de la dernière génération technologique.

En effet, elle est constituée d’un bâtiment de huit niveaux, dont trois dans le sous-sol et cinq en hauteur, dans une localité qui abrite un autre barrage hydro-électrique dénommé Zongo 1, et dotée d’une capacité plus faible que la première.

Elle a été construite par la chinoise « Sinohydro » sous la supervision de la SNEL dans le cadre des liens d’amitié sino – congolais. L’accord de prêt entre la RDC et la banque chinoise « Exim Bank » aura été de l’ordre de 360 millions USD

Zoom Eco

Edito

Advertisement