Connect with us

a la une

RDC : conflit autour de la MESP, Bruno Tshibala décide !

Published

on

“Les organes actuels de Mutuelle de santé des enseignants de l’EPSP (MESP) restent inchangés jusqu’à l’issue d’une réflexion par les enseignants”, lit-on dans une correspondance du premier ministre Bruno Tshibala adressée au ministre d’Etat en charge du Travail, emploi et prévoyance sociale avec ampliation au ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel.

Dans cette lettre, il rappelle que conformément à l’article 98 de la Loi n°17/002 du 08 février 2017 déterminant les principes fondamentaux relatifs à la mutuelle. De ce fait, le Gouvernement ne peut interférer dans le fonctionnement d’une mutuelle et à sa mission au mieux des intérêts de ses membres, seulement s’il y a des difficultés qui mettent en cause son existence.

Le premier ministre Bruno Tshibala encourage le ministre d’Etat à l’Emploi Lambert Matuku Memas à poursuivre une réflexion approfondie sur la nécessité d’une restructuration de la MESP avec les enseignants qui sont les principaux bénéficiaires.

A RE(LIRE) : Synecat dénonce la tentative de Musemena à caporaliser la gestion de la MESP !

Il y a lieu de rappeler qu’un différend existe entre Gaston Musemena, ministre de l’EPSP et les syndicalistes au sujet de l’actuel Comité dirigeant de cette mutuelle. Le ministre estime qu’il faut à tout prix changer ce comité dont il juge la gestion calamiteuse.

De leur côté, les syndicalistes persistent et signent : “il n’est pas question de changer ce comité”.

Ils se sont même insurgés contre la tentative d’une nouvelle mise en place du Comité dirigeant de la MESP sans que cette décision n’ait été prise par l’Assemblée générale de la mutuelle qui, par ailleurs, a renouvelé la confiance à ce Comité l’an dernier pour un mandat de quatre ans.

Le Synecat, en son temps, a estimé que le Comité actuel dirigé par le président Guy Mafuta fait preuve d’une bonne gestion sur base de l’expérience acquise dans ce domaine. Cette position a été motivé, d’après Jean Bosco Puna, par le fait que ledit Comité a su bien défendre les intérêts des enseignants et qu’il continue à le faire dans le cadre de son mandat en cours.

Dès lors, estimait Jean Bosco Puna que rien ne servait de changer ce comité au grès du clientélisme de la tutelle de l’EPSP. Cependant, avec les développements de ce conflit, il y a lieu de constater que ce feuilleton tend à être boucler selon le schéma légal tracé par le chef du gouvernement.

Emilie MBOYO | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :