Connect with us

a la une

RDC : Kwilu Ngongo, victime de la concurrence déloyale du sucre importé frauduleusement

Published

on

La Compagnie sucrière de Kwilu Ngongo continue à être victime de la concurrence déloyale du sucre importé frauduleusement dans la partie ouest de la RDC. L’arrêté ministériel N° 039 du 30 avril 2018 portant suspension d’importation du sucre blanc pour une période de six mois est visiblement foulé aux pieds par des importateurs véreux. Comme pour dire, la contrebande se porte bien dans cette partie du pays.

L’administrateur directeur général de Kwilu Ngongo, Jean Arthur Pilot Lagesse, en a tellement marre qu’il est allé faire part de la situation, mercredi 29 août 2018, au ministre de l’Industrie, Marcel Ilunga Leu.

D’après lui, la société fait face à des difficultés énormes pour écouler sa production du sucre, quand bien même le stock de production ne cesse d’augmenter malgré la réduction substantielle du prix de cette denrée sur le marché.

En effet, Boma et Moanda sont parmi les principales villes de la province du Kongo Central par lesquelles passe le flux important d’entrées frauduleuses du sucre blanc provenant des pays limitrophes. Vu que cette importation toute aussi frauduleuse n’est pas frappée d’impôts et taxes, le produit est écoulé sur le marché à très bas prix.

Conséquence, le sucre produit localement, et pour lequel les impôts et taxes sont dus à l’Etat, fait l’objet de la concurrence déloyale entraînant des difficultés de son écoulement sur le marché.

D’après Marcle Ilunga Leu, une mission gouvernementale comprenant les ministres de l’Economie nationale, du Commerce extérieure et lui-même de l’Industrie est envisagée dans les prochains jours pour effectuer une descente à la Compagnie sucrière de Kwilu Ngongo en vue de se rendre compte de la réalité sur  le terrain.

A ce stade, d’aucuns ne s’expliquent pas comment les services de l’Etat opérationnels aux frontières n’arrivent toujours pas à maîtriser ces flux de fraude et de la contrebande. Opèrent – ils en complicité avec les fraudeurs et contrebandiers?

Puisque les faits sont tels que ce sucre d’interdit d’importation se trouve en grande quantité sur le marché, des analystes sont d’avis que la mission gouvernementale devrait ouvrir des enquêtes et envisager des sanctions exemplaires envers les agents des services et organisations publics habilités à exercer aux frontières de la partie ouest de la RDC conformément à la législation en vigueur.

Jean-Lucien Bussa : « l’industrie locale doit être protégée par l’Etat »

En prenant cette mesure en avril dernier, le ministère d’Etat au Commerce extérieur, Jean Lucien Bussa indiquait qu’il est question pour le gouvernement de la République de protéger et de donner à l’industrie sucrière dont Kwilu Ngongo la possibilité de mettre en mouvement son potentiel, ses capacités de sorte que l’offre nationale de ses produits soit de plus en plus importante et que la demande nationale soit satisfaite par cette offre.

Quoi de plus normal, qu’au 30 octobre 2018, la décision interdisant l’importation du sucre blanc soit renouvelée de six mois. Cette fois-là avec le renforcement de la lutte contre la fraude et la contrebande.

Ce qui n’est pas souvent dit est qu’une usine de production de sucre est opérationnelle depuis plus d’une année dans la ville de Malange (en Angola), à quelques encablures de la frontière congolaise. Cette usine, apprend-t-on appris, aurait une capacité de production supérieure à celle de Kwilu Ngongo. D’où, la nécessité d’agir en conséquence pour éviter que la province du Kongo Central soit comptée parmi ses principaux débouchés.

Emilie MBOYO | Zoom Eco

Sur le même sujet :

Jean Bamanisa : « l’industrie congolaise n’a pas d’impact efficace sur la croissance économique »

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :